16 novembre 2017

LE MASQUE DE L’ARAIGNÉE (Lee Tamahori - 2001)

0188

Résumé:

Après une opération qui a mal tournée et qui a coûté la vie à sa co-équipière, Alex Cross est depuis resté inactif. Lorsque la fille d'un politicien est kidnappé à son école par l'un de ses professeurs, Cross se voit obligé à reprendre du service. En effet, après avoir été contacté par le ravisseur, Alex se voit confier l'enquête par ses supérieurs et s'adjoindre comme partenaire l'agent des services secrets Jezzie Flannigan. Mais les apparences sont trompeuses et il semble que cette affaire ne soit pas qu'une simple histoire d'enlèvement.

Mon avis:

Seconde incursion de l'inspecteur et psychologue Alex Cross sur le grand écran, "Le masque de l'araignée" n'a pas grand chose pour lui. Là où "Le Collectionneur", et cela malgré son manque d'originalité, avait comme avantage de tenir en haleine de part une intrigue rondement mené (malgré sa simplicité), des personnages recherchés, une mise en scène efficace et un duo d'acteurs dont l'alchimie était évidente, le film de Lee Tamahori souffre de défauts non négligeable.

J'ai été particulièrement affligé par le traitement de l'intrigue, laquelle par ailleurs est d'une maladresse déconcertante. Quand on se prépare à voir un film de ce genre l'on s'attend au moins à une certaine approche de la psychologie de l'antagoniste hors dans "Le masque de l'araignée" il n'en est rien. L'on se prépare aussi a voir une histoire de tueur en série peut être banal mais dans la ligné du genre ce qui n'est pas le cas dans celle-ci.

Le pitch de départ nous fait miroiter un chose et nous en propose une autre et cela de manière si inintéressante que l'on se demande vraiment où l'équipe du film voulait en venir. Je n'ai pas lu le livre dont il s'inspire mais je suppose qu'il en était de même mais connaissant bien la maîtrise de Patterson dans l'élaboration de ses intrigues celle de son livre à du être traité par dessus la jambe par ceux qui ont été en charge de l'adapter en film.

Après avoir perdu sa co-équipière lors d'une opération d'infiltration (la séquence du crash de la voiture est un moment de pure rigolade tellement la chute en CGI est plus que douteuse), Alex Cross est hanté par un sentiment de culpabilité qui le ronge de l'intérieur, même son épouse n'arrive pas à communiquer avec lui. Il est obligé de sortir de son congé lorsqu'il est contacté par le ravisseur de la fille d'un sénateur. Cross décide de s'impliquer dans l'enquête malgré son état et décide de lui-même de s'adjoindre les services de l'agent des services secrets qui était chargé de protéger l'enfant. Cette dernière, Jezzie Flannigan, se sent coupable d'avoir échoué dans sa mission et Cross veut l'aider à surmonter sa culpabilité et peut être la sienne également.

Le duo découvre que l'enlèvement n'était qu'une diversion pour s'attaquer à l'enfant du président de le Russie. Cross et Flannigan arrive à déjouer les plans du ravisseur jusqu'a ce que ce dernier ne leurs demande une fort rançon en échange de la fille du sénateur. Curieux, une telle demande ne relève pas du profil d'un criminel comme "L'araignée" et Cross se rend bien compte que les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent. Lorsque "L'araignée" s'attaque aux deux agents en charge de l'enquête, celui-ci semble ne rien savoir sur la demande de rançon qu'il aurait soit disant faite. Il est clair pour Alex Cross que le ravisseur de la fillette à été, tous comme lui, berné par ceux qui ont demandé l'argent. Mais qui sont ils? (Fin des spoilers)

Voilà, on part d'une histoire de kidnapping d'enfant par un psychopathe et on finit sur un film d'arnaque et demande de rançon mais malencontreusement tout cela est bien mal amené. L'on s'ennuie très vite devant un enchaînement de rebondissements si plat et si prévisibles que cela en devient exaspérant. Le suspense, quasi-inexistant, ne tiens à aucun moment le spectateur en haleine et la mise en scène est tellement banal qu'elle ne relève en rien le manque de dimension tant de l'intrigue que des personnages.

Oui, malgré le plaisir de retrouver Morgan Freeman dans le rôle d'Alex Cross il est ici présent bien mal exploité. Ne vous méprenez pas, le comédien est toujours aussi convaincant dans le rôle mais ce dernier n'est guère aidé par le manque de qualité du film. Le scénario ne rend pas justice au héros des best-sellers de James Patterson et malgré ses efforts l'acteur ne réussit pas à en relever le niveau.

Dans le rôle du psychopathe de service l'on retrouve Michael Wincott, lequel à souvent joué les rôles de bad guys et souvent avec beaucoup de crédibilité mais le personnage de "L'araignée" est si inconsistant qu'il n'attire a aucun moment notre attention. Mais le comble c'est Monica Potter dans le rôle de la co-équipière occasionnelle d'Alex Cross. Je n'ai vu que très peu de choses avec elle mais si elle est toujours aussi terne qu'ici présent il n'est pas plus mal que je la connaisse aussi peu que cela.

Bref, "Le masque de l'araignée" est un thriller sans aucun intérêt, du niveau d'un téléfilm, qui ne rend ni justice au personnage d'Alex Cross ni au comédien qui l'interprête.