27 juillet 2017

LAND OF THE DEAD (George A. Romero - 2005)

080

Résumé:

Alors que le monde est envahit par les zombies et que l'humanité est réduit à la survivance un homme, Mr Kauffman règne en maître, au sommet d'un building. La population du bas elle vit dans la misère la plus totale. Riley, un mercenaire à la solde de Kauffman rêve du jour ou il pourra quitter ce job et partir au Canada seul endroit où la présence de zombies est inexistante. Un autre homme de main du milliardaire, Cholo, décide de se rebellé contre l'autorité de son patron et menace de détruire le building si jamais il ne lui est pas verser 5 millions de dollars. Riley aidé de plusieurs de ses camarades décide de traquer Cholo et le mettre hors d'état de nuire avant qu'il ne commette un massacre mais ce que ni l'un ni l'autre n'avait prévu c'est que les zombies dont l'intelligence c'est dévellopé ont mis au point un plan afin d'envahir le ville. 

081

Mon avis:

Enième film de zombies réalisé par George A. Romero lequel est devenu depuis sa "Nuit des morts-vivants" en 1968 le maître incontesté du genre, "Land of the dead" s'inscrit parfaitement dans la logique que le réalisateur s'est fixé depuis sa toute première oeuvre. Critique de la société américaine dans le sens où le film nous présente un monde post-apocalyptique dans lequel les riches dominent les pauvres. Les zombies nous sont eux présenté comme des être sans âmes mis qui au fur et à mesure que l'intrigue avance semble développer des sentiments tels la colère et la peine. Aux mains des puissants, lesquels vivent dans un bâtiment de luxe,  ils ne servent que de divertissement aux mercenaires et aux survivants de tous bords mais qui du fait de la part des bénéfices qu'ils versent au richissime Kauffman et à ses associés arrivent pourtant à tenir un mode de vie supérieur à ceux qui vivent dans la rue. Ces derniers d'ailleurs ne rêvent que d'une chose: renverser le soit disant gouvernement instauré en lieu et place de ce qui n'est en fin de compte qu'un camps de réfugiés pour eux tandis que les riches vivent dans le luxueux building qui surplombe leurs taudis.

082

Romero a toujours su exprimer un message dans ses films; réflexion sur la guerre du Vietnam et le racisme dans "La nuit des morts vivants", réflexion sur la société de consommation dans "Zombie" (1978), message antimilitariste dans "Le jour des morts vivants" (1985), "Land of the dead" n'échappe pas à la règle. Moins convaincantes que dans ses précédentes oeuvre celui-ci compense largement ce manque de dimension politique grâce à un grand nombre de scènes d'actions toutes aussi percutantes les unes que les autres. L'aspect horrifique indissociable du genre est également très présent et certaines séquences seront susceptibles de choquer les plus sensibles. Mon engouement pour le genre ne date pas d'hier même si j'admet volontiers que du "film de zombie" seul ceux de George Romero ont autant mon agrément. Le metteur en scène sait toujours tirer le meilleur partie de ses histoires et de ses comédiens... force est de constater que "Land of the dead" en est la preuve une fois de plus.

083

En tête d'affiche le comédien Simon Baker, surtout connu pour son rôle de Patrick Jane dans la série "The Mentalist", lequel se révèle être ici on ne peut plus crédible en mercenaire blasé ne rêvant que d'une chose: échapper à l'environnement morbide dans lequel il évolue pour vivre dans le nord dans l'isolement le plus complet. Sa ligne de conduite: ne s'attacher à personne, le seul à avoir grâce à ses yeux étant son meilleur ami Charlie qu'il à sauvé alors que ce dernier se trouvait dans une maison en flamme. On retrouve aussi au casting l'actrice Asia Argento, laquelle apporte la touche sexy au film de Romeri qui ne pourra que plaire aux puristes du genre. Son personnage n'a rien de la jeune femme sans défense et se révèle être impitoyable quand la situation l'exige. 

084

John Leguizamo quant à lui campe un rôle au nombreuses facettes (Cholo). En effet, même si de premier abord il semble être sans scrupules il n'en reste pas moins très humain et finalement n'est qu'une victime du grand patron Kauffman, lequel a fait fortune en abusant des talents de Cholo. Un grand nombre d'autres rôles s'ajoutent au film et chacun apporte un petit plus à l'ensemble, tout particulièrement Dennis Hopper lequel excellait une fois de plus dans la peau du milliardaire Kauffman. 

Au final "Land of the dead" se révèle être un excellent film. Ce n'est peut être pas l'oeuvre cinématographique la plus aboutit de son réalisateur mais sa mise en scène est efficace et cela à chaque instant. George Romero n'a plus rien à prouver dans le genre et ajoutait une nouvelle pierre à l'édifice qu'il a créé il y avait presque quarante ans de cela. En conclusion, je recommande ce film qui reste le dernier opus de qualité de la saga, les suivants se révéleront on ne peut plus décevant ("Diary of the dead " en 2008 et "Suvival of the dead en 2010). A voir donc!