03 septembre 2017

LA FIANCÉE DE PAPA (David Swift - 1961)

0184

Résumé:
Alors qu'elles sont toutes deux envoyées en colonie de vacances par leurs parents respectifs, la première par sa mère divorcé et la seconde par son père divorcé lui aussi, Carol McKendrick et Susan Evers sont stupéfaits par leurs ressemblance physique. Rivales au début, elles finissent par découvrir qu'elles sont jumelles. Finissant par devenir proche elle décide d'échanger leurs vies afin que chacune d'entre elle fasse la connaissance du parent qu'elles n'ont jamais connu. Le père, Mitch Evers est sur le point de se remarié et les deux filles décident de réunir aux plus vite leurs parents dans le but de les remettre ensembles. 
Mon avis:
Comme vous le savez déjà sûrement les comédies Disney de cette époque me touche beaucoup. Mon enfance fut bercé par se de films et bien qu'elles ne se soient pas toutes de qualités il me plaît énormément de les revoirs et "La Fiancée de papa" (The parent Trap) n'échappe pas à la règle.
 
En effet, je trouve que cette gentille petite comédie familiale à la fois drôle et touchante garde tout son charme même après tant d'années et continuera bien longtemps encore car elle aborde beaucoup de thème qui seront toujours contemporains. Des sujets tels que les relations entre soeurs, le divorce, les relations entre parents divorcés, les familles décomposées, etc... le tout bien entendu traîté ici présent avec beaucoup d'humour de façon à toucher à la fois petits et grands.
 
Ce fut complètement par hasard que Walt Disney découvrit ce petit livre allemand d'une trentaine de pages qu'était "Deux pour une" de Erich Kästner. Sous le charme de l'histoire le fondateur de la "Walt Disney Company" prit la décision d'en faire une adaptation cinématographique et cela même si certains de ses collaborateurs n'étaient pas convaincu. Disney voyait dans le sujet un rôle parfait pour la toute jeune Hayley Mills qui venait de devenir la révélation des studios lors du tournage de l'une de leurs plus récentes production "Pollyana"(déjà réalisé par David Swift). La comédienne sera d'ailleurs la chouchoutte du producteur qui la fera tourner dans plusieurs films.
 
"La fiancée de papa" fit recette au box-office et reçut à sa sortie de bonnes critiques lesquelles salueront beaucoup la performance d'actrice d'Hayley Mills dans un double rôle. Certaines scènes furent tournés sous fond bleu lorsque les deux soeurs étaient face à la caméra et les autres avec une doublure. Il est vrai que l'actrice était un choix parfait pour le rôle et j'avoue avoir toujours pensé qu'elle n'a pas eu la carrière qu'elle aurait dût avoir. Elle crève littéralement l'écran dans ce film. Dire qu'elle fut pressentit  pour joué la "Lolita" dans le film de Kubrick mais la côté sulfureux du personnage ne fut pas du goût des studios Disney avec lequel elle était sous contrat. Sue Lyon, qui finit par tenir le rôle, n'eut pas non plus la carrière qu'elle aurait dût avoir.
 
Hormis Hayley Mills, l'on retrouve à l'affiche un casting de haut niveau dont le couple Maureen O'Hara / Brian Keith. Les deux comédiens ont fait les beaux jours d'Hollywood et cela pendant des décennies. L'actrices tourna sous la direction des plus grands tels que "Alfred Hitchcock", "Henry Hathaway", "Jean Renoir", "Nicholas Ray", "John Ford"...elle fut aussi la partenaire sur un grand nombre de films du mythique John Wayne dont le meilleur cru restera à mes yeux "L'Homme tranquille".
 
"La fiancée de papa" ne fut également pas le seul film qu'elle tourna avec Brian Keith qui fut pendant longtemps son ami (tout comme John Wayne). Dans son rôle de mère à la fois distingué et excentrique la comédienne fait merveille et l'on ne peut qu'adhéré à sa performance. Le côté bagarreur du personnage en fait un élément spéciale du personnage et O'Hara sait magnifiquement le transposer à l'écran.
 
Brian Keith lui-même était un choix de casting idéal pour son rôle de père à la fois attachant et caractériel. "La fiancée de papa" est le seul film que j'ai vu avec lui et je le trouve particulièrement convaincant ici présent. Joanne Barnes quant à elle est parfaite dans le rôle de la fiancée plus jeune que son prétendant et convoitant l'argent de ce dernier. Elle se montre venimeuse mais à certain moment sait ce montrer attractive de par son charme. 
 
Le scénario tiens parfaitement la route, les gags fonctionnent et font mouche à chaque fois. L'humour et l'émotion se succède avec beaucoup d'ingéniosité le tout s'appuyant sur une mise en scène particulièrement fluide. "La fiancée de papa" est dans la lignée des autres production Disney de l'époque qui alliaient avec beaucoup d'intelligence comédie et sentiment tels "Pollyana", "Mary Poppins", etc...
 
J'aurais toujours beaucoup d'affection pour ce genre de film et ce cru restera l'un de ceux pour lequel j'en ai le plus . Ce n'est peut être pas la plus connue des productions Disney mais elle est vraiment à redécouvrir. Perso, je revois "La fiancée de papa" avec toujours autant de plaisir. Une comédie très attachante!

Posté par nicos31 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


03 août 2017

UN VENDREDI DINGUE, DINGUE, DINGUE (Gary Nelson - 1976)

0109

Résumé: 

Ellen Andrews mère au foyer à maille à partir avec sa fille Annabelle laquelle devient de plus en plus intenable. En pleine crise d'adolescence, la jeune fille pense mener un vie beaucoup plus compliqué que celle de sa mère. Ellen quant à elle ne s'imagine pas quel genre de vie mène sa fille en dehors du cercle familiale et considère que celle-ci à bien de la chance de ne pas savoir ce que c'est que d'être une adulte ayant à la fois des responsabilité vis à vis de son époux, de ses enfants, mais aussi de l'entretien de la maison... C'est un vendredi 13 que la mère et la fille feront le souhait de pouvoir échanger leurs vie. C'est ainsi que de façon inattendu l'esprit d'Annabelle sera propulsé dans le corps de sa mère et vice versa. Ainsi pendant toute une journée mère et fille découvriront ce qui fait le quotidien de la vie de chacune. Annabelle se rendra compte que les journées de sa mère sont loin d'être aussi facile qu'elle ne le pensait et sa mère se rendra compte de son côté que la vie d'une adolescente d'aujourd'hui n'est en rien comparable à celle qu'elle a vécut. Toute deux passeront un vendredi complètement dingue en somme!!

016

017

Mon avis:

Bon, je pense que beaucoup connaisse au moins de nom le film "Freaky Friday" avec Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan... mais peu de gens savent que c'est le remake d'une production Disney des années 70. Je vous avouerais n'avoir jamais vu le film de 2003 (peut être pas plus mal d'ailleurs) mais j'ai eu l'occasion très récemment de découvrir l'original en DVD et j'avoue avoir vraiment adhéré à l'ensemble. Sortie en France sous le titre "Un Vendredi dingue, dingue, dingue" le film de 1976 se révèle être une comédie familiale entraînante et porté par un duo d'actrices vraiment attractif.  Les relations conflictuelles entre mère-fille ou d'une façon plus générale enfants-parents est un sujet qui a toujours été et sera toujours important au sein de la cellule familiale. C'est également un thème qui fut maintes fois abordé sur le grand écran par le passé et l'est encore aujourd'hui.

Dans les rôles de la mère et de la fille Andrews l'on retrouvent deux comédiennes pour lesquelles j'avoue avoir toujours eu un petit faible. En tout premier lieu Barbara Harris que j'avais eu l'occasion de découvrir la toute première fois dans "Complot de Famille" d'Alfred Hitchcock film dans laquelle elle interprétait une pseudo-médium dont la seule motivation était l'appat du gain. Si le film en lui-même n'était pas le plus ambitieux du maître du suspense il pouvait compter sur un casting solide dont se distinguait justement Barbara Harris laquelle était vraiment une bouffé d'aire frais au sein du dernier film du réalisateur de "Psychose".

018

019

Dans "Un Vendredi dingue, dingue, dingue " c'est cette même bouffé d'aire frais que la comédienne apporte et bien plus encore. Véritable actrice de composition elle arrive à passer de la mère au foyer sérieuse et autoritaire à l'adolescente rebelle, capricieuse et exubérante avec une aisance extraordinaire. Elle ne fait jamais dans l'éxagération et sait éviter à chacune de ses scènes la caricature. Son interprétation est un modèle du genre, Harris se fond littéralement dans son personnage si bien que au bout d'un moment on ne sait plus si elle joue ou si elle est elle-même.

Je trouve qu'il est dommage qu'elle ait décidé de mettre sa carrière au cinéma en parenthèse si vite pour se consacrer à la mise en scène au théâtre et à l'enseignement car une comédienne de sa trempe aurait marqué l'histoire du grand écran de par l'originalité de son de jeu. Dans cette production Disney elle laisse éclater toute son excentricité et son énergie et cela à partir du moment ou l'esprit de la fille de son personnage entre dans son corps.

020

024

Il est évident que l'on ne peut passer non plus à côté de la performance d'actrice de Jodie Foster qui après son immense succès dans le rôle de la jeune prostitué Iris dans le "Taxi driver" de Martin Scorsese allait joué durant les deux années suivantes et consécutivement dans deux productions Disney. La première fut celle-ci la seconde sera "La Course au Trésor" en 1977. Deux rôles qui sont les parfais modèles des rôles d' adolescentes des productions de ses studios de l'époque.

La comédienne, 14 ans à l'époque du tournage, joue avec beaucoup de convictions le passage de l'adolescente dans le corps d'une adolescente à celui d'une adulte transféré dans le corps d'une jeune fille. Certes le défis demande moins de travail que celui qui était lancé à Barbara Harris (Jodie Foster admettant elle même que les meilleurs moments du film sont ceux avec Barbara Harris car c'est à travers la performance de cette dernière que l'on trouve un vrai travail d'actrice) mais force est de constater que la jeune comédienne fait également merveille lors des séquences qui lui sont consacrés.

022

023

La mise en scène se révèle être particulièrement maîtrisé, surtout lors des séquences les plus riches en humours. Les situations cocasses s'enchaînent à un rythme soutenu et se révèlent être des moments de rires garantis. L'on passe vraiment un très bon moment devant cette oeuvre cinématographique alliant avec beaucoup de subtilité humour et émotion.

En conclusion "Un Vendredi dingue, dingue, dingue" est une production Disney pleine de charme et de rebondissement s'inscrivant dans la ligné de ce que ces studios produisaient à cette époque. Un très bon divertissement.

Posté par nicos31 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 juillet 2017

NATTY GANN (Jeremy Kagan - 1985)

034

Résumé:Pendant la grande dépression de 1930 la jeune Natty Gann se voit confier par son père à une voisine en attendant de gagner assez d'argent pour la faire venir vivre avec lui. N'en pouvant plus de vivre dans ces conditions, Natty se lance seule dans un voyage a travers l'Amérique pour rejoindre son père. En chemin elle fera des rencontres et vivra des aventures hors du communs.

035

Mon avis: 

Production des studios Disney des années 80, "Natty Gann" est un film à la fois beau et divertissant. L'on ne peut nier le charme de cette petite oeuvre cinématographique aux personnages attachants et à l'histoire particulièrement émouvante. Je l'admets, j'ai une affection toute particulière pour le cinéma des années 80, la décennie qui m'a vue naître et que j'ai toujours considéré comme marquant la fin d'une époque et le début d'une nouvelle. 

Je n'ai découvert "Natty Gann" que très récemment mais il s'inscrit dans la lignée des productions jouant avant tout la carte de la tendresse avant celle du divertissement pure et pourtant l'on n'a pas le temps de s'ennuyant devant les multiples rebondissements que propose les aventures de la jeune Natty Gann à la recherche de son père au coeur d'une Amérique en pleine dépression. Une histoire traitée ici présent avec une si belle humanité que l'on ne peut en rester indifférent.

036

 Je ne connaissais ni de nom ni de visage l'actrice Meredith Salenger, son parcoure m'était jusque là totalement inconnue et de mon point de vue elle n'a clairement pas eu la carrière qu'elle aurait méritée d'avoir. Ici présent elle prouvait qu'elle était, à l'âge de 14 ans, une comédienne d'immense talent. Elle se montre, de part sa performance dans le rôle de Natty Gann, particulièrement touchante. La force de son jeu d'actrice est tellement puissante émotionnellement parlant que l'on ne peut en être insensible. Personnellement, son interprétation m'a bouleversé!

Le film bénéficie aussi d'une belle palette de seconds rôles tels celui campé par le jeune et encore débutant à l'époque John Cusack, lequel depuis c'est fait une belle réputation avec des films cultes tels "Coups de feu sur Broadway" de Woody Allen, "Minuit dans le jardin du bien et du mal" de Clint Eastwood, "High Fidelity" de Stephen Frears et tellement d'autres... C'est d'ailleurs, de tous les personnages qui gravitent autour de l'héroïne, celui du jeune Harry qui se démarque le plus.

037

Au niveau de la mise en scène elle se montre d'une sobriété exemplaire. Jeremy Kagan, de part sa réalisation, met aussi bien en valeur ses acteurs que les paysages et décors dans lesquels ils évoluent. "Natty Gann" est le seul film du réalisateur qu'il m'ait été donné de voir et l'on ne peut nier la qualité du travail qu'il a accomplit ici. 

En conclusion, "Natty Gann" est une oeuvre de cinéma particulièrement réussit qui offre aux spectateurs de beaux moments d'émotions et cela en ne tombant pas une seule fois dans la mièvrerie. Un film qui doit beaucoup à la performance d'actrice de la jeune et brillante Meredith Salenger et du parcours de son personnage. Un très bon film.