31 août 2017

AIR AMERICA (Roger Spottiswoode - 1990)

37

 Résumé: 

A la fin des années 60 alors que la guerre du Viet-Nam fait rage le pilote Billy Covington est recruté par la compagnie "Air America" une branche civile de la C.I.A qui opére sur tout le territoir du sud Est asiatique et principalement au Laos. Il se lie d'amitié avec Gene Ryak, pilote expérimenté et désabusé qui ne croit plus depuis longtemps au conflit. Covington ne tarde cependant pas à découvrir que son gouvernement ainsi que la compagnie pour laquelle il travaille désormais est impliqué dans un gigantesque trafic de drogue.

39

Mon avis:

Voilà un film fort peu apprécié des critiques et du public nombreux sont les avis mitigés et parfois carrément négatifs que j'ai pu lire à son sujet pourtant en ce qui me concerne je ne saurais trop le défendre. Alors oui certes, ce n'est pas un chef d'oeuvre j'en convient ni même une grande réussite mais il reste malgré tout un très bon divertissement. De ce genre de production je n'attends pas plus qu'il me permette de m'évader une tout petit peu de mon train train quotidien et "Air America" y parvient à la perfection. 

40

Le film de Roger Spottiswoode, réalisateur qui nous a offert tout même pas mal de navets dont l'un des pires James Bond de la saga avec "Demain ne meurt jamais", réalisait ici l'un de ses trois meilleurs films avec "Randonnée pour un tueur" en 89 et "J'ai serré la main du diable" en 2007. Dans le cas de "Air America" Spottiswoode propose un mise en scène il est vrai assez quelconque mais tout du moins assez efficace pour ce genre de production. Ce n'est pas le genre d'oeuvre cinématographique qui demande le plus d'exigence de réalisation et en cela celle de Spottiswoode remplit aisément le cahier des charges. 

L'attrait principal du film tiens bien entendu du duo formé par Mel Gibson et Robert Downey Jr dont l'alchimie à l'écran est une évidence. Quand on sait que par la suite ils sont devenu de très bons amis dans la vie réel je ne suis personnellement pas surpris du tout. Leurs échanges font parti des meilleurs dialogues du film qui recèle pas mal de bonnes blagues ici et là. Cela passe par la complicité qui les lie et aussi de leur jeu d'acteur tout en finesse. Ils n'en font jamais de trop et en cela apporte beaucoup au film et à leurs personnages.

41

Le scénario, vaguement inspiré du livre "Air America" de Christopher Robbins, est assez simple dans sa structure mais délivre néanmoins un message anti-guerre assez convaincant. Le film se révèle par moment assez sérieux dans les thèmes qu'il aborde tout en maintenant tout au long de sa durée un ton léger pour mieux faire passer le message qu'il veut délivrer.

Les seconds rôles sont assez nombreux et savent tirer leur épingle du jeu même si de toute évidence ils ont été un peu négligé. J'aurais aimé notamment que le personnage de la jeune humanitaire intérprété par Nancy Travis soit beaucoup mieux exploité. Cela aurait donné lieu a de très bons moments, surtout si combat pour les réfugiés avait été d'avantage abordé. Mais bon, ce n'est clairement pas ce genre de film qui le fera, ce n'est pas son but non plus d'ailleurs donc je ne lui en tiens pas d'avantage rigueur que cela.

42

La bande originale est de bien entendu en phase avec l'époque durant laquelle se déroule le film et est composé de morceaux cultes tels "Pushin' Too Hard " des Seeds, "California Dreamin' " de The Mamas and the Papas", "Get Ready" des Temptations ou bien encore "Run Through The Jungle " de Creedance Clearwater Revival et " Rescue Me" de Fontella Bass... une bande originale entraînante et en parfaite adéquation avec le film. C'est d'ailleurs un point important qui me fait aimer le film en tant que grand fan de la musique de cette époque.

Alors oui, "Air America" n'est clairement pas un grand film ni une grande réussite cependant il est suffisamment divertissant et possède assez de qualités pour passer un bon moment. Cela fonctionne sur moi en tout cas. J'aime ce genre de film et je ne le cache pas, pourquoi le ferais je d'ailleurs? Un bon petit film bien sympathique. 


16 août 2017

LAST ACTION HERO (John McTiernan - 1993)

0191

Résumé:
Le jeune Danny Madigan, 14 ans, à toujours été un fan inconditionnel de l'acteur Arnold Schwarzenegger et tout particulièrement du personnage qu'il joue dans la franchise Jack Slater. Ami avec le directeur d'un cinéma, ce dernier lui offre un ticket doré que le grand Houdini lui avait donné étant enfant. C'est lors de la projection du nouveau film de la saga Jack Slater que Danny sera propulsé par le ticket à l'intérieur du film et partagera ainsi les aventures du héros de cinéma.
 
Mon avis:
 
"Last Action Hero" est une curiosité, à la fois délirante et intelligente, porté par un Arnold Schwarzenegger jouant à fond la carte de l'autodérision. Ici, le comédien n'hésite pas à se moquer de lui-même ainsi que des personnages qu'il a l'habitude de joué et le fait d'une manière telle que l'on ne peut qu'adhérer à son jeu. L'oeuvre de McT est une critique acerbe du système hollywoodien sous la forme d'un film d'action jouant à fond la carte de l'action mais surtout celle de l'humour.
 
Rarement Schwarzenegger n'aura été aussi drôle et cela fait du bien de le voir tourner en dérision sa propre image de star. Le comédien donne le meilleur de lui-même et cela se vois à l'écran. Il prend à malin plaisir a jouer avec son statut et l'on peut dire qu'il le fait ici avec une certaine intelligence. Évidemment le plaisir de le voir citer des dialogues aussi savoureux, et qui sont devenu culte aujourd'hui, est bien présent et sa performance ne fait que rendre ces répliques encore plus amusante.
 
Exemples: " J'suis sur que t'adores les répliques de cinéma du genre :Fais moi plaisir ! ou "Je suis ton pire cauchemar ... et celle là qu'est ce que t'en dis ? "Le babile débile du babouin nubile ! AH ! Tu l'attendais pas celle là ! Hein !?", "Pour qui sonne la glace, celui-la je l'ai refroidit", "être ou ne pas être?... ne pas être!", "T'aimes les omelettes, tiens j'te casse les oeufs", "Retiens ta main, mon doux prince... Moi doux? Tu veux rire?"...
 
Le film bénéficie également d'une mise en scène particulièrement efficace, que ce soit durant les moments de pure actions que dans ceux jouant à fond sur l'humour. McT a le savoir faire et l'ingéniosité qu'il fallait pour un tel projet et le choisir pour le mettre en scène fut vraiment une décision on ne peut plus logique. Drôle et jouissif, le film est un grand moment de divertissement durant lequel on ne s'ennui jamais. Certes on peu reproché au film d'avoir quelques petites longueurs mais d'un point de vu purement personnel je ne les ai pas du tout ressentis.
 
Sorti durant la même période que le bluckbuster de Steven Spielberg "Jurassic Park", "Last Action hero" en pâtira et ne connaîtra pas les succès escompté. Les critiques furent elles mêmes assez hostiles envers le film de McT car désarçonnés par le style de celui-ci. D'une certaine manière, il était trop en avance sur son temps mais il a finit au bout d'un moment à trouver son public.
 
On peut noter les caméos vraiment amusant de James Belushi, Damon Wyans, Chavy Chase, Jean Claude Van Damme, Sharon Stone (dans la même tenu qu'elle portait dans Basic Instinct), Robert Patrick (dans le costume de policier qu'il portait dans Terminator 2) et de Maria Shriver, épouse de Schwarzenegger à l'époque. Tant de moments de surprise font de "Last Action Hero" un film culte qui réussit a survivre au temps et que l'on regarde toujours avec autant de plaisir.
 
"Last Action Hero" est un film pop corne surréaliste mais dont l'ingéniosité n'a d'égal que le génie de sa mise en scène. McT signe ici l'un de ses meilleurs films, une oeuvre à la fois drôle et sur-vitaminé, porté par un groupe de comédiens tous aussi talentueux les uns que les autres. Se distingue évidemment Arnold Schwarzenegger qui prend ici un malin plaisir à casser son image et n'hésite d'ailleurs pas à la tourner en ridicule. En conclusion, "Last Action Hero" est une oeuvre incontournable qui à bien mérité son statut de film culte. Un grand moment de divertissement.

02 août 2017

L'ATTAQUE DU METRO 123 ( Tony Scott - 2009)

0104

Résumé:

 Alors qu'une prise d'otage à lieu dans l'un des métros de New-York l'agent de manoeuvre Walter Garber prend contact avec le cerveau de l'opération Ryder lequel exige que lui soit verser une énorme somme d'argent en échange des otages. Les négociations peuvent commencer!

0105

Mon avis: 

Avant dernier film du réalisateur Tony Scott avant son suicide 3 ans plus tard "L'attaque du métro 123" est une thriller d'action bien huilé où la tension va crescendo et cela grâce à un scénario très bien ficelé. Remake du film "Les pirates du métro" de Joseph Sergent (1973) je trouve le film de Scott supérieur à son modèle et cela à bien des niveaux. D'abord la mise en scène, plus nerveuse et donc plus prenante pour un spectateur du 21ème siècle et bien entendu le réalisateur nous propose une version en phase avec son propre cinéma. Le cinéaste était un maître du cinéma d'action et à une époque où le genre est au creux de la vague il manque terriblement au visage cinématographique actuelle. 

0106

Tony Scott ne faisait pas un cinéma cérébral mais un cinéma de pure testostérone et aujourd'hui ce genre cinématographique n'est pas l'un des mieux servis. Des types comme Michael Bay, Zack Snyder et consort ont prit la relève et force est de constater que leurs compréhension de ce cinéma est peu convaincante. La où Tony Scott y mettait du coeur, eux n'y mettent quasiment que des effets sans véritable intérêt. Avec "L'attaque du métro 123" le réalisateur de "Top Gun" ne signait peut être pas sa meilleure oeuvre mais ce dernier était malgré tout un divertissement de très bon niveau.

Ce film marquait aussi la quatrième collaboration du réalisateur avec l'acteur Denzel Washington après "USS Alabama" (1995), "Man On Fire" (2004) et "Déjà Vu" (2006) et sera suivit d'une cinquième avec "Unstoppable" (2010) qui sera le dernier film de Tony Scott. Le comédien semble s'être investit à fond dans la conception de son rôle et l'on peut reconnaître qu'une fois de plus il a su lui apporter une dimension qui lui est propre. Walter Garber n'est pas un héro de film d'action, c'est un simple employé de métro qui se trouve embarquer dans un engrenage qui le dépasse mais dont il réussit malgré tout à tirer son épingle du jeu.

0107

Denzel Washington est un comédien brillant, l'un des meilleurs de notre époque et me surprend a chaque nouvelle performance. Sa collaboration avec Tony Scott reste l'une des plus mémorables de l'histoire du cinéma et à donné naissance à certains des plus grands films d'action de tous les temps, "USS Alabama" et "Man On Fire" sont ceux qui s'en démarque tout particulièrement.

Dans le rôle de l'antagoniste qu'est le preneur d'otage Ryder, John Travolta propose une interprétation haute en couleur. La folie que le comédien apporte au personnage ne l'en rend que plus sympathique aux yeux des spectateurs. Travolta fait parti de cette catégorie d'acteur inclassable qui ont la particularité de toujours savoir où ils vont. Il n'a pas toujours été bien servit par les scénarios des films qu'il a fait mais à toujours réussit à en relever le niveau.

0108

 De bons seconds rôles s'ajoutent à l'ensemble tel celui de le négociateur Vincent Camonetti joué par John Turturro, comédien de talent dont j'ai toujours apprécié le travail et le regretté James Gandolfini l'inoubliable Tony Soprano de la série "Soprano" jouant ici présent le maire de New-York. 

Que dire de plus si ce n'est que "L'attaque du métro 123" est un thriller d'action assez efficace qui, bien que ne s'inscrivant pas dans la liste des meilleurs films de Tony Scott, reste une oeuvre à la nervosité assez intense pour qu'elle tienne en haleine. Un honnête divertissement mais qui ne restera clairement pas dans les annales!! 

17 juillet 2017

BLOOD FATHER (Jean-François Richet - 2016)

0110

Résumé: 

John Link, un ex-taulard en liberté conditionnel cherche depuis sa libération à renouer avec sa fille Lydia. Ne sachant pas du tout où la trouver, celui-ci lance un avis de recherche proposant une prime à quiconque lui donnerait des information sur elle. Poursuivit par des tueurs, Lydia reprendra contact avec son père lequel n'hésitera pas à mettre en jeu sa liberté et sa vie pour sauver sa fille.

0111

Mon avis:

Signant avec Blood Father" son deuxième film aux Etats-Unis Jean-François Richet,réalisateur du cultissime diptyque "Mesrine" nous propose ici présent un polar à petit budget particulièrement efficace. Cherchant en quelque sorte à rendre hommage aux films de série B des années 70, Richet choisit de privilégier la psychologie des personnages et les liens qui les unissent les uns aux autres plutôt qu'à l'action pure. Ici présent, c'est à la relation père-fille qu'entretien le personnage joué par Mel Gibson avec celui interprété par Erin Moriarty que s'intéresse principalement le réalisateur et de leurs échanges naissent de beaux moments d'émotion.

0112

Chacune des séquences d'actions que comporte le film ont une raison d'être et servent à faire avancer l'intrigue dans une direction très précise. Ici présent, pas d'explosion et de fusillades gratuites dont le seul but serait d'en mettre plein la vu spectateur. En cela, "Blood Father" à réussit à plus me toucher que beaucoup d'autres productions hollywoodiennes actuelles. En même temps ceci est on ne peut plus logique dans la mesure ou il ne s'agit pas d'un Blockbuster mais d'un film de genre a petit budget. Au vu des qualités plus que discutables des productions à gros budgets actuelles, il est évident que les studios feraient bien de prendre exemple sur des oeuvres tels que celle-ci , au lieu de toujours nous proposer des films a grand spectacle formatés, aux personnages sans profondeur et aux mises en scènes tape à l'oeil.

0113

On peut reprocher ce que l'on veut à "Blood Father" mais l'on ne peut nier qu'avec ce film Richet revient à un cinéma plus classique et donc plus riche et cela à bien des égards. Bien-sûr, le plaisir de revoir Mel Gibson à l'écran est non négligeable et ce fut la principale raison qui me poussa à vouloir découvrir ce film. Cela faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas vu sur un écran que de le retrouver après tant d'années fut un grand moment pour moi. 

L'intrigue n'est peut être pas des plus originale mais l'on passe outre ce détail tellement elle se montre efficace sous la caméra de Jean-François Richet et servit par des acteurs aussi talentueux que sont Mel Gibson, Erin Moriarty, Diego Luna, William H. Macy... En conclusion, "Blood Father" est un film s'intéressant plus à l'élément humain qu'à l'action à proprement parlé et en cela se révèle être un cran au dessus de la plupart des productions cinématographiques actuelles. Du bon cinéma!