26 décembre 2017

TUEZ CHARLEY VARRICK (Don Siegel - 1973)

1

Résumé: Après que le braquage d'une banque est mal tourné et que sa femme ait été tuée sous les coups de feu de la police le criminel Charley Varrick se voit traqué à la fois par la police mais aussi par la mafia, laquelle avait déposée son argent dans la même banque. Charley devra échapper à ses deux menace tout en devant faire face à l'impatience de son complice. 

Mon avis: 

Film méconnu dans la filmographie de son réalisateur "Tuez Charley Varrick" n'est sans doute pas le meilleur film de Don Siegel il n'en reste pas moins un polar sombre et efficace dans la lignée des polars des années 70. D'ailleurs Don Siegel en devint l'un des piliers avec le succès du cultissime "Inspecteur Harry" sortit deux ans avant celui-ci et qui connu un énorme succès au box-office. Malheureusement pour le cinéaste le public ne fut pas au rendez vous dans le cas présent et "Tuez Charley Varrick" ne connu pas le succès de son prédécesseur.

Siegel attribura d'ailleurs une grande partie de l'échec à son acteur principal qui déclara publiquement qu'il n'avait ni aimé ni compris le personnage de Varrick. En effet, le comédien envoya également une note au cinéaste disant "J'ai vu le film trois fois et je suis d'une intelligence légèrement plus haute que la moyenne ( 120) mais je ne comprends toujours pas ce film ni le personnage", ce à quoi Siegel lui répondra :" M. Matthau, ça a été un plaisir de vous diriger, mais pour ce qui est des scripts et de vos idées, laissez-moi vous dire que vous avez des goûts de chiottes. Vous aimez voir la banane avant de glisser dessus. Moi j'aime la faire voir après que vous vous êtes cassé la figure"... C'est peu dire selon moi si l'acteur et le cinéaste ne s'entendaient guère.

Pourtant, et ce n'est que mon avis, il n'en reste pas moins que leur collaboration donna naissance à un très bon film, à défaut de ne pas nous avoir livré une oeuvre à la hauteur de ce qu'elle aurait put être. En effet, "Tuez Charley Varrick" souffre d'un scénario un peu faiblard au niveau de son intrigue et des motivations de son personnage principal, mais aussi du peu de sentiment dont il fait preuve à l'égard des autres. D'ailleurs, le rôle fut proposer en premier à Clint Eastwood, lequel le refusa car il ne trouva pas en le personnage la recherche de rédemption qui aurait été utile pour la complexité émotionnelle de ce dernier. 

Charley Varrick se montre peu attachant et cela à chaque instant du film et son manque d'émotion durant les moments les plus dure du film en est clairement l'une des explications les plus évidente. (spoilers) Il ne montre quasiment aucune tristesse à la mort de son épouse, aucune peur lorsque la mafia se met à sa poursuite, et peu d'empathie envers son complice. Lorsque ce dernier ce fait tuer et qu'il en découvre le cadavre il régira en déclara froidement "tu l'as chercher petit"! 

Cependant et bien qu'il se montre assez froid, Varrick fait preuve d'une intelligence et d'une malice sans faille ce qui lui permet ainsi d'avoir toujours un coup d'avance sur ses ennemis. Varrick est le type même du criminel sans peur et sans reproche et l'on peu lui reprocher tous ce que l'on veut mais pas son professionnalisme ni sa lucidité. Je pense que c'est dans ses caractéristiques que naissent les fulgurances de jeu de Walter Matthau et même si ce dernier ne semble pas être à son aise dans le personnage l'on ne peut nier pourtant qu'il livre une performance tous ce qu'il y a d'honnête. Effectivement, ce genre de rôle sied mieux à Clint Eastwood et je comprends pourquoi Siegel voulait ce dernier pour interprété le rôle, mais Matthau s'en sort avec les honneurs.

De part sa mise en scène simple mais efficace, le réalisateur a su tirer le meilleur parti d'un scénario assez banal mais dont le manque d'imagination est palier par le travail minutieux d'un cinéaste au talent indéniable. Au niveau des seconds rôles rien à redire, l'on retrouve des acteurs familier du cinéma de Don Siegel tels Andrew Robinson (scorpion dans "L'inspecteur Harry"), John Vernon (le maire dans "L'inspecteur Harry"), Sheree North (Jonesy dans "Madigan" )... des acteurs que le réalisateur employa dans plusieurs de ses oeuvres précédentes et qui trouvaient ici présent de très bon rôle. 

Je ne vois pas trop ce que je pourrais dire d'autre sur ce film si ce n'est que si ce n'est pas le plus intéressant ni le plus réussit de Siegel, "Tuez Charley Varrick" n'en reste pas moins un polar efficace qui permet aux spectateurs de passer un bon moment. 


17 décembre 2017

BARRY SEAL: AMERICAN MADE (Doug Liman - 2017)

67

Résumé: Pilote pour la TWA et père de  famille Barry Seal se vois approcher par l'agent de la C.I.A Schafer qui lui propose de travailler pour l'agence en tant qu'espion. Sa mission: prendre des photos aériennes des Sandinistes un groupe révolutionnaire communiste du Nicaragua. Barry se voit également aborder par le cartel de drogue colombien qui lui demande de faire de passer de la drogue aux Etats-Unis. Y voyant l'opportunité de devenir riche, Seal accepte et finit par devenir multi-millionnaire et cela avec l'aval de son épouse qui, bien que ne lui faisant pas confiance, l'aime éperduement. Bien que Barry semble vivre le rêve américain dans toute sa splendeur, il verra la situation lui échapper de plus en plus lorsque la C.I.A, le cartel et même la D.E.A exigeront plus de lui. 

110

Mon avis:

Inspiré de faits réel, "Barry Seal : American Made" est à mes yeux le meilleur film de Doug Liman à ce jour. Ayant réussit à perçé à Hollywood grace au succès du premier Jason Bourne "La mémoire dans la peau" le réalisateur connu par la suite quelques revers avec les échecs tant artistique que commercial de film tel que "Jumper" qui est pour moi son plus mauvais film. Il réussira à se racheter grace au réussit "Edge of Tomorrow" qui, bien qu'il ne fut pas un grand carton au box-office, gagna en popularité pour ses qualités et son sens de l'imagination non négligeable.

Retrouvant le comédien Tom Cruise pour l'occasion, Doug Liman choisit avec "Barry Seal" de s'attaquer à l'une des époques les plus riches en terme de politique des États-Unis d'Amérique. En effet, qui aurait bien pu pensé qu'un acteur aurait pu devenir président, un républicain aux idées peu conventionnels, certaines qui n'étaient d'ailleurs pas en phase avec leurs temps, et qui mena finalement un mandat privilégiant les riches au détriment des pauvres. Reagan profita bien entendu du climat international plus que tendu du fait de la menace communiste pour imposer sa politique dure qui fut d'ailleurs entacher par plusieurs scandale dont le plus médiatisé fut celui de l'Iran-Contra qui est d'ailleurs mit en évidence dans le film. 

115

Liman étant bien documenté sur le sujet, se sentant touché par l'affaire du fait que son père l'avocat Arthur L. Liman, fut l'un des responsables de l'enquête sur L'Iran-Contra, le réalisateur a su capter toute l'essence de cette histoire. On peut dire ce que l'on voudra, mais force est de constater que si du point de la mise en scène l'on a connu un Doug Liman moins conventionnel, "Barry Seal"est l'un de ceux qui est jusqu'a aujourd'hui en tout cas, l'un de ses plus aboutit. 

Bien qu'ayant prit quelques libertés scénaristiques sur l'histoire vraie qui nous est conté ici présent, Doug Liman nous propose bien plus qu'un simple bio-pic mais bien une réflexion sur l'une des époques les plus riches en scandale politique des États-Unis d'Amerique. A travers le destin de ce personnage haut en couleur qu'était Barry Seal, le réalisateur choisit de nous faire vivre cette période de l'histoire Américaine avec un sens de la reconstitution indéniable. Folle était la vie de Seal et l'on peut dire qu'il en profita au maximum. Du peu que j'ai pu apprendre sur la vraie personnalité du bonhomme, Seal était clairement quelqu'un qui voulait vivre sa vie à cent à l'heure et peu importe les risques qu'il prenait. Il aimait l'argent, sa famille, mais surtout l'adrenaline procuré par le danger que représentait le fait de mener des activités clandestines. 

135

Bien que ne ressemblant pas physiquement au vrai Barry Seal, Tom Cruise à su capturer l'essence qui faisait de ce dernier un sacré personnage! Un homme qui était aimé plus que de raisons par sa famille et qui savait tout de suit se faire aimer par tous les gens qu'il rencontrait. Certes Barry Seal gagnait sa vie en menant des actions illégales mais pourtant l'on ne pouvait pas vraiment le voir comme un criminel mais plutôt comme un hors la loi. Que ce soit la C.I.A, la D.E.A ou le cartel de Medellin dirigé par Pablo Escobar, tous ce sont servit de lui mais ce dernier à su ce servir d'eux également. Seal était clairement quelqu'un d'intelligent, de malicieux, qui a su tirer son épingle du jeu. Tom Cruise exploite la puissance de son jeu d'acteur pour nous faire nous plonger dans la psychologie du personnage avec beaucoup d'aisance.

Le comédien nous prouve une fois de plus que son talent ne ce limite pas à ses performances physiques (comme à su très intelligement me le faire remarquer l'une de mes amies) mais possède un sens de l'interprétation profondément puissant. Après le très moyen "La Momie" blockbusters divertissant mais sans âme, Cruise à su se corriger avec "Barry Seal" et a su nous prouver une fois de plus l'intelligence qui est la sienne pour mené au mieux sa carrière. Une fois de plus, le grand Tom nous propose une performance dès plus réussit et le film a su en profiter au maximum. 

125

Les seconds rôles ne manquent pas dans le film de Doug Liman et cela que ce soit du côté de la C.I.A, de la D.E.A, du cartel de Medellin et même au coeur de la famille de Seal. Celui qui s'en détache le plus est évidemment celui de l'agent de la C.I.A Schafer interprété par Domhnall Gleeson. Il n'y a rien à redire au niveau de sa performance d'acteur qui reste l'une des plus inspirés de "Barry Seal" et dont le personnage est l'un des piliers de l'intrigue. 

On peut dire tout ce que l'on veut du personnage de l'épouse de Seal dans le film, je le trouve personnlement très intéressant. Bien que n'étant pas exploité autant qu'il aurait pu l'être, il bénéficie de l'interprétation charmante qu'en a fait Sarah Wright, comédienne que je découvre avec ce film et dont je vais suivre l'évolution de la carrière dès à présent. Un très bonne actrice à mes yeux et j'espère qu'elle ira loin. 

120

Pour ce qui est de la mise en scène, comme je l'ai dit plus haut, elle est certainement un peu trop académique mais se révèle malgré tout un modèle d'intelligence et d'efficacité. Doug Liman à su à travers sa réalisation mettre tous les éléments de l'histoire en valeur et cela avec une force d'immersion indiscutable. Elle se révèle élégante au moment où il le faut et de cela je suis assez admiratif. Je concluerais ma critique en disant que "Barry Seal" est une oeuvre cinématographique plus que divertissante et dont les qualités indéniables prenant largement le dessus sur ses défauts. Une assez belle réussite!!

14 décembre 2017

Mes 2 prochaines Critiques

67

122

Posté par nicos31 à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA MOMIE (Alex Kurtzman - 2017)

64

Résumé: Nick Morton, officier de l'armée américaine envoyé en Irak voit en la découverte d'une carte l'opportunité pour lui et pour son fidèle second Vail de faire fortune. Ils mettent à jour, en collaboration avec l'archéologue Jenny Halsey, une chambre mortuaire d'origine égyptienne contenant le tombeau de la puissante princesse Ahmanet. Cette dernière reviendra à la vie et n'aura pour seul et unique but que de mettre la main sur Nick qu'elle à choisit comme élu pour transférer en lui l'esprit du dieu Set. La course contre le mal peut commencer.  

Mon avis:

Considéré comme le premier film du "Dark Universe" malgré le "Dracula Untold" de Gary Shore sorti trois ans plus tôt "La Momie" d'Alex Kurtzman est à mes yeux une semi-réussite. Sortie en juin dernier, le film connu une très mauvaise réception des critiques et est considéré comme un échec au box-office, échec remettant clairement en question l'avenir du Dark Universe alors que d'autres films étaient prévu tels "La fiancée de Frankenstein", "L'Homme invisible" et "Dr Jekyll et Mr Hyde". Vont ils voir le jour ou vont ils être totalement abandonné, l'avenir nous le dira je pense.

Pour en revenir à "La Momie" version 2017, la question que je pose est la suivante: Méritait elle d'être autant conspué par les critiques? Ma réponse est non, même si je comprends tout à fait qu'elles puissent ne pas être satisfait du produit final. En effet, dans l'absolue, j'ai l'impression que le film de Kurtzman ne sait pas trop dans qu'elle catégorie il doit s'inscrire. Naviguant de façon assez maladroite entre l'horreur et l'action à l'état pure, je ne sais pas trop si Kurtzman à su faire la part entre les deux genres.

36

Je sais que pour beaucoup Tom Cruise est coupable de changement majeur dans le projet d'origine qui visait plus à s'inscrire dans le cinéma d'épouvante. Le comédien aurait prit trop de pouvoirs sur la conception du film lors du tournage pour en faire un film à sa gloire façon "Mission Impossible" (saga que j'adore par ailleurs) . 

Bien entendu je ne puis me prononcer sur le sujet avec certitude bien qu'il est apparent que le film fait la part bel à son personnage et cela au détriment de tous les autres. Certains auraient mérités d'être beaucoup plus approfondis, tout particulièrement la princesse Ahmanet (La momie) dont l'histoire aurait put être source de grand mystère et qui ne sert finalement que de prétexte à cette lutte du bien contre le mal. Sans trop spoiler disons qu'elle a décidé qu'elle méritait seul de prendre la succession de son père et était prêt à passer un pacte avec le démon pour arriver à ses fins. Dans le rôle l'actrice française Sofia Boutella est particulièrement crédible et j'avais vraiment espérer que son personnage soit mieux exploité qu'ici présent.

37

Aucun reproche à faire à Tom Cruise qui s'investit à fond dans son rôle, apportant toute sa fougue et sa nonchalance au rôle de baroudeur qu'est celui de Nick Morton, G.I américain courageux et intrépide mais plus motivé par le gain que part le patriotisme. On le comprend tout de suite lorsque ce dernier transforme ce qui aurait dû être une mission de surveillance d'un groupe d'insurger en une véritable course au trésor. Ce n'est certainement pas son meilleur rôle ni même sa meilleur performance, il n'en reste pas moins qu'il est le plus gros atout du film, j'irais même jusqu'à dire que cette "Momie" repose en grande partie sur ses épaules. 

Des quelques personnages qui gravitent autour du héros, un seul se distingue tout particulièrement des autres et c'est celui de Russell Crowe. Jouant ici le personnage à double personnalité qu'est le Dr Henry Jekyll et Mr Edward Hyde le comédien en propose une approche particulièrement intéressante. Ayant monter toute une organisation afin de combattre les différentes formes que pourraient prendre les forces du mal, Jekyll sait que certains sacrifices doivent être fait pour que celle-ci soient tenue en échec. Pourtant, il en est lui-même une du fait de son autre personnalité, Mr Hyde dont il arrive à contrôler les apparitions via un sérum qu'il a inventé. Sa seule apparition donnera d'ailleurs lieu a ce que je considère comme la meilleure séquence du film. J'aimerais vraiment qu'un film lui soit consacré car il y aurait beaucoup à raconté sur ce personnage. Russell Crowe est tout à fait à son aise dans son rôle et l'on voit qu'il a prit un certain plaisir à l'interpréter.

38

Annabelle Wallis quand à elle est assez crédible dans le rôle de l'archéologue Jenny Halsey, femme au caractère bien trempé qui n'est pas insensible au charme de Morton et cela malgré la mentalité assez douteuses de ce derniers. Leurs fréquentes prises de bec sont assez amusantes dans l'ensemble.

Au niveau de la mise en scène je n'ai pas beaucoup de chose à dire si ce n'est que Kurtzman à su proposer ici présent une réalisation jouant sur une ambiance assez glauque. En fait, le plus gros bémol de cette "Momie 2017" c'est son intrigue qui est assez quelconque et dont les rebondissements sont plus que prévisible. On n'échappe pas d'ailleurs à certains clin d'oeil aux Momies de Stephen Sommers telle la séquence durant laquelle le personnage d'Annabelle Wallis assomme l'un des petits soldats de Jekyll avec un livre en or (le livre des morts) ou encore celle mettant en scène la momie créant un mure de sable dans les rues de Londres. 

Que dire de plus sur ce film si ce n'est que d'un point de vu tout à fait personnel, je sais que beaucoup ne le partage pas mais qu'importe, "La Momie 2017" est un divertissement tout ce qu'il y a de plus recommandable mais qui aurait put être tellement plus si il avait pu s'appuyer sur une intrigue plus efficace et plus original que celle-ci. Un film bourré de défauts mais pas si honteux que cela. Il ne méritait pas tant de haine en tout cas. A voir si cela vous tente. 

13 décembre 2017

XXX: REACTIVATED (D.J Caruso - 2017)

24

 Résumé: Suite à la mort de Gibbons et le vol d'une arme de destruction massive Xander Cage est rappelé afin de neutralisé cette menace. Pour cela il forme une équipe et c'est ensemble qu'ils vont partir à la chasse. 

Mon avis: 

Voilà, quinze ans après le premier Vin Diesel remet le couvert dans le rôle de Xander Cage est il faut bien se l'avouer c'est vraiment un retour non souhaiter. Déjà que le premier était à la limite du nanar mais cette séquelle est vraiment à la limite du supportable. Je tiens a dire que personnellement quand il s'agit de ce genre de film je suis assez bon public car je sais à quoi m'attendre mais dans le cas de ce XXX 3 j'étais loin du compte.

07

J'irais maintenant droit au but car je n'ai pas trop envie de m'attarder dessus. Ce film est une véritable torture pour les yeux et pour les oreilles, les séquences d'actions sont moches et montées à la va comme je te pousse. Elles s'enchaînent de façon totalement incohérentes et se perdent dans un déluge d'effets visuels désastreux. 

L'intrigue est simpliste au possible et les enjeux qui la composent sans le moindre intérêt. Les dialogues sont d'une médiocrité affligeante et les punchlines d'une stupidité aberrantes. Les acteurs sont vraiment à la limite du grotesque et la faute en revient surtout à l'insipidité de leurs personnages. 

Non franchement, je n'ai plus rien à dire sur ce "XXX: Reactivated" si ce n'est que c'est une oeuvre cinématographique calamiteuse que je ne recommande à personne! 

Posté par nicos31 à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

SPLASH (Ron Howard - 1984)

61

 Résumé: Après s'être fait plaquer par sa petite amie  Allen Bauer finit par ne plus croire en l'amour jusqu'au jour ou rentre dans sa vie Madison, une jeune et jolie jeune femme pleine de mystère. Allen en tombera amoureux très vite et cela même si il ne sait quasiment rien sur elle. Pour cause, cette dernière n'est autre qu'une sirène venant des profondeurs de l'océan. 

01 (1)

Mon avis:

Voici un film typique du cinéma des années 80, mélant avec habileté humour et romance le tout teinté par une petite touche de suspense. C'est autour de la relation entre le héros Allen Bauer et la sirène qu'est Madison que se développe l'intrigue du film et fort est de constater que Ron Howard à su le faire avec beaucoup d'intelligence. Ce n'est clairement pas l'un des meilleurs films du cinéaste mais cela reste malgré tout l'une de ses premières réussite. Certes le film peut sembler souffrir du poids des années et l'histoire être quelque peu guimauve mais le tout possède suffisamment de charme pour passer un bon moment. 

02 (1)

D'ailleurs, il est évident que l'intérêt principal du film réside avant tout sur le couple formé par Tom Hanks et Daryl Hannah, lesquels forme un duo particulièrement attachant. Tom Hanks, comme  de coutume, fait merveille dans le rôle de ce monsieur tout le monde qu'est Allen Bauer, jeune grossiste ayant perdu tout espoir de découvrir un jour le grand amour et sombrant peu à peu dans un sentiment de profonde solitude. Ce rôle sied à merveille au comédien lequel n'était pas encore la grande vedette qu'il allait devenir quelques années après. Fort est de constater malgré tout que Hanks allait connaître son premier grand succès avec ce film ainsi que sa première collaboration avec Ron Howard, cinéaste qu'il retrouvera à plusieurs reprises avec des films tels "Appolo 13" qui se révèlera d'ailleurs leur meilleur oeuvre. 

03 (1)

Le film bénéficie également du talent, de la grâce et du charme de Daryl Hannah laquelle trouvait ici un très beau rôle auquel elle apporta toute sa splendeur. L'alchimie entre elle et Hanks est évidente, comme je l'ai dit un peu plus haut, c'est en celle-ci que réside la plus grand force du film. Elle se verra offrir de meilleurs rôles par la suite mais je trouve que celui de Madison reste son plus attachant émotionnellement parlant j'entends. 

Le film possède également de très bons seconds rôles, mention spéciale à John Candy un acteur que j'ai toujours très apprécié et qui nous à quitté bien trop tôt. Ce n'est certes pas sa meilleure performance mais il avait un immense talent qui a été je pense beaucoup trop sous-exploité. Il fait merveille dans le rôle du frère immature et farceur, mais possèdant finalement plus de sagesse qu'il n'y paraît au premier abord. 

04 (1)

Au niveau de la mise en scène pas grand chose à dire si ce n'est que, bien que n'étant pas d'une grande originalité, elle reste cependant assez efficace et met bien en valeur les différentes variables du film et bien entendu principalement son couple vedette. Le cinéaste nous prouvait déjà son potentiel qu'il dévellopera par la suite dans des oeuvres plus aboutis et plus ambitieuses que celle-ci. 

Voilà, je n'ai rien de plus à dire si ce n'est que "Splash" est un petit film bien sympathique à regarder mais pas indispensable non plus. J'ai passé un bon moment et je le reverrais bien dans quelques temps. 

Posté par nicos31 à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,