10

Résumé: A son retour de la guerre du Viet-nam durant laquelle il a été prisonnier le commandant Charles Rane est célébré comme un héros dans sa ville natale. Il se vois d'ailleurs décerné une énorme somme d'argent par la population . Pourtant, il apprend très vite que sa femme veut divorcer mais sa principal préoccupation sera de renouer des liens avec son fils qu'il connaît à peine. Alors qu'il essaie de se réhabituer à la vie civile, Rane se voit attaquer par une bande de criminel qui veulent mettre la main sur l'argent qui lui a été offert. Prit en otage avec sa femme et son fils, Charles assistera au meurtre de sa famille. Quelques jours plus tard alors qu'il est convalescent à l'hopital, il commencera à mettre au point un plan afin de trouver et éliminer les hommes qui ont tuer sa famille. Dans sa quête de vengeance il embarquera la jeune Linda, une serveuse de la ville qui s'est épris très vite de lui, ainsi que de son ami John, compagnon d'arme ayant du mal à retrouver un rythme de vie normal et ne demandant qu'une chose: prendre part à l'action. L'affrontement final entre Rane, John et les assassins aura lieu lors d'une fusillade mémorable durant laquelle les balles siffleront et le sang coulera à flot. 

53

 Mon avis:

"Rolling Thunder", voilà un film qui passa plus ou moins inaperçut lors de sa sortie mais qui acquit au file des années le statut de film culte. Véritable référence du "Vigilant Movie", le film de vengeance, le film de John Flynn fut source d'inspiration pour bon nombres d'oeuvres du genre, y compris chez Quentin Tarantino citant "Rolling Thunder" comme l'un de ses films préférés et cela en grande partie grâce à la fusillade final qu'il considère comme l'une des plus grandes scènes d'actions de tous les temps.

Alors que la première monture du scénarion fut écrite par Paul Schrader, lequel venait de connaître le succès avec "Taxi Driver" de Martin Scorsese, "Rolling Thunder" fit l'objet d'un gros travail de réécriture. En effet, alors que le script de Schrader était plus une métaphore sur le racisme en amérique, faisant de son héros un texan raciste revenu de la guerre encore plus haineux et voulant en découdre avec la communauté mexicaine, le producteur Lawrence Gordon et le réalisateur John Flynn voulait en faire un film à la fois plus dramatique que politique. Ils engagèrent pour cela le scénariste Heywood Gould lequel choisissa de privilégié l'aspect humain en étoffant les personnages et en leurs offrant une vraie dimension là où ceux qu'avaient créer Schrader n'était que des silhouette servant un sujet qui était encore trop sensible à l'époque.

54

Dans sa globalité l'intrigue reste plus ou moins la même, l'histoire d'un homme revenant de la guerre et cherchant à assouvir sa vengeance envers ceux qui ont tué sa femme et son fils. Beaucoup plus classique dans sa structure narrative qu'il ne l'aurait été si le script de Schrader avait été retenu tel qu'il l'avait écrit à l'origine, "Rolling Thunder" n'en reste pas moins l'une des meilleurs films du genre qu'est celui du "Vigilant movie". Sombre, violent, sanglant mais aussi tragique, le métrage de John Flynn a bien mérité son statut de film culte. 

L'on peut dire qu'il va très loin dans la représentation de la violence, pour l'époque en tout cas. Entre broyage de mains, explosion de membres corporelles, exécutions sommaires..."Rolling Thunder" est une véritable ode à la violence et hymne à la vengeance, l'un des désirs les plus brutaux qui soit. John Flynn a su, de façon remarquable, mettre en scène chacun des aspects du film. Sa réalisation peu bien évidemment paraître classique aujourd'hui. En effet, à l'heure actuelle, des cinéastes tels que Quentin Tarantino sont allé encore plus loin et on changer la donne mais pour l'époque on ne peut que saluer John Flynn pour le risque qu'il prenait. D'ailleurs une anecdote sur la sortie du film prouve très clairement que le public n'était pas près à assister à tant de violence devant un écran de cinéma. 

En effet, lors de la première projection test la salle fut en ébullition et les spectateurs choqués par tant de violence crieront au scandal et iront jusqu'à traquer les producteurs et le réalisateur du film jusqu'à l'exterieur. Une telle réaction poussa la production à couper les séquences les plus sanglantes. Pour autant, le film ne perd aucunement de sa force et, bien que surement plus soft que la première version, celle sortie en salle reste encore assez radicale. John Flynn était clairement l'un de ces réalisateurs ayant tout compris à l'impact que pouvait avoir le cinéma et qui savait en manier chacune des étapes tant artistiques que commercial. Fortement influencer par des metteurs en scènes tels Sam Peckinpah et Don Siegel il n'a malheureusement pas connu leurs renommé et je pense pourtant qu'il mérite d'être célébré autant qu'eux ne serait-ce que pour ce film la!

55

Pour ce qui est du casting, producteur et réalisateur proposèrent le rôle principal à des grandes figures tels Clint Eastwood, Steve McQueen, Charles Bronson, lesquels refusèrent pour divers raisons. Lawrence Gordon jetera son dévolu sur Tommy Lee Jones, lequel était encore peu connu à l'époque mais possédait un talent et un charisme évident. Gordon n'obtenu pas gain de cause auprès du président des studios Alan Ladd lequel trouvait que Jones était un bon choix mais pas pour le rôle principal. Ladd avait déjà William Devane en tête et qu'il avait trouvé particulièrement impressionnant dans le rôle du président Kennedy dans "Missiles of October". D'ailleurs, le directeur du studio imposera son choix: ce sera Devane ou sinon le film ne se fera pas. John Flynn et le scénariste Heywood Gould seront satisfait du travail de l'acteur mais Gordon sera toujours un peu déçut de ne pas avoir pu faire le film avec Tommy Lee Jones dans le rôle de Rane. Le producteur dira que dans les scénes dramatiques William Devane fit un excellent travail et pour les autres (les séquences d'actions) le comédien fit de son mieux. 

En ce qui me concerne je trouve que William Devane se révèle particulièrement convaincant dans le rôle de cet ancien militaire, marqué psychologiquement par les mois de détentions passer dans la jungle viet-namienne et vivant assez mal son retour à la vie civile. Ayant régulièrement des visions des sévices qu'il a subit, il n'en reste pas moins un homme à la mentalité guerrière et n'exprimant quasiment jamais la moindre émotion. L'impact que la guerre à eu sur lui est immense et on le perçoit à chaque fois qu'il doit faire face à un ennemi. Lorsqu'il se retrouve devant l'assassin de son fils l'on entend dans sa tête le raisonnement des cris des hommes qui l'on torturer lorsqu'il était prisonnier de guerre. 

56

Devenu une véritable machine à tuer, Charles Rane se révèle la plupart du temps totalement insensible et cette dureté se révèlera encore davantage après la perte de sa famille. En effet, à la mort de son fils il ne montre rien, il ne tremble pas, ne pleure pas, ne ce plaint pas de la souffrance émotionnelle qui le ronge probablement mais dont il ne fait rien paraître... d'ailleurs, on peut se demander si il ressent vraiment quelque chose. "Rien ne me peut plus m'atteindre" dira t-il a sa partenaire, la jeune serveuse Linda Forchet laquelle n'a jamais demandé à être mêlé à la quête de vengeance de Rane dont elle finit pourtant par tomber amoureuse. Il n'est pas exprimer dans le film que Rane ressent la même chose pour elle. Peux t-il vraiment s'attacher à quelqu'un maintenant?

L'actrice Linda Hayes, comédienne ayant arrêté assez tôt sa carrière, est particulièrement touchante dans le rôle et je trouve dommage qu'elle n'est pas continué à faire l'actrice. Je l'avais aussi trouvé très bien dans "La Toile d'araignée" de Stuart Rosenberg dans lequel elle partageait toutes ses scènes avec Paul Newman. Elle et William Devane forme un couple à l'écran particulièrement intéressant et encore une fois je considère que le comédien à su apporter toute la force émotionnel nécessaire au personnage. Je ne suis clairement pas d'accord avec Lawrence Gordon au sujet du travail du comédien durant les séquences d'actions: je le trouve très convaincant. Devane est un excellent comédien et je trouve que Hollywood n'a jamais su l'employer à sa juste valeur...trop peu souvent en tout cas.

57

Le producteur n'ayant pas su imposer Tommy Lee Jones dans le rôle principal ce dernier ne renonça pas au comédien et décida de lui confier le rôle du meilleur ami de Rane, l'ancien soldat John Vohden. Frère d'arme du héros, John a du mal à réintégrer la vie civile et ne tarde d'ailleurs pas à se réengager. A son retour de la guerre, il est peu enclin à croiser les regards de ceux qui viennent l'accueillir à l'image de Rane qui lui-même appréhende la vie qui s'offre à eu. Lorsque son ami verra sa famille assassiné, il sera le premier à venir le soutenir et lorsque Rane retrouvera les hommes qui ont tué son fils c'est sur lui qu'il pourra compter pour l'aider et cela même sans qu'il n'est à le demander. En plus de la solidarité envers son ancien camarade, Vohden est motivé par son désir d'action, chose qui lui manque terriblement depuis la fin de la guerre. C'est le sourir aux lèvres que John apprendra la nouvelle et se lançera avec Rane à l'assaut du lieu où se terre les assassins. Lorsque la fusillade éclatera, tous deux fonçeront têtes baissés et abatteront leurs cibles sans la moindre peur et avec un minimum de douleur lorsqu'ils recevront des balles. 

58

L'affrontement final entre Rane, Vohden et les assassins est un véritable carnage. Un face à face brutal qui aboutira à un immense (pour l'époque en tout cas) bain de sang. Flynn savait tirer le meilleur parti de ses comédiens mais aussi mettre en scène des séquences d'actions de grande ampleur et cela avec une efficacité redoutable. Avec "Rolling Thunder" il signait un véritablement monument du "Vigilant Movie" à l'émotion saisissante et à l'action percutante! Je ne saurais trop recommander de découvrir ce film si cela n'est pas déjà fait. Une oeuvre trop peu connu mais qui mérite d'être réévalué à sa juste valeur.